La période « agricole »

Près de 2 siècles d’activités agricoles : de 1773 à 1926

1773 Mort du dernier prieur, Jean-Baptiste Cassenet.

C’est à ce moment que le grand prieur de l’abbaye royale de St Victor de Paris, par souci de rentabilité décide de louer en totalité prieuré, ferme et biens « pour que l’abbaye fut déchargée de tout souci d’administration de ce domaine mais le preneur devait ne laisser habiter le manoir seigneurial et prieural que par d’honnêtes gens et entretenir la chapelle avec décence. ». Le premier locataire est Jacques Badin, bourgeois de Paris, mais nous ignorons si les contrôles réguliers prévus par la maison-mère ont pu garantir la bonne conservation des bâtiments.

1791 A la révolution, le prieuré est déclaré Bien National puis vendu en 1791 à  Nicolas  Desprez de la Rézière, « homme de loi » parisien dont la famille conservera la propriété pendant près d’une siècle. Le prieuré est loué à des fermiers. L’ensemble y compris la chapelle est désormais voué à l’exploitation agricole pendant plus de deux siècles.

1885 Le prieuré est vendu à la famille Roche. Le destin des bâtiments du prieuré pendant cette période reste obscur, mais il est probable que les destructions et transformations qui marquent le site encore aujourd’hui datent de cette époque

Les transformations qui vont accompagner cette période douloureuse permettront toutefois de trouver de nouvelles utilisations et de sauver ainsi les bâtiments de la destruction totale. Leur entretien sera désormais assurée par les propriétaires successifs.

vue double ancienne et actuelle

La chapelle à la fin du XIX ème siècle          et en 1990 après réfection de la toiture

Retour à « Histoire » 
Vers « le renouveau »